Etude : les français et les médecins

publié le 15 mai 2015 - 1125 vues

    • Partagez sur Facebook
    • Partagez sur Twitter
    • Partagez sur LinkedIn
    • Partagez sur Viadeo
envoyer par email
Les Français plébiscitent les médecins mais aimeraient bien qu’ils soient moins conservateurs et fermés aux réformes

1 – Les médecins jouissent d’une popularité exemplaire : les Français les jugent compétents et les considèrent comme les meilleurs défenseurs des patients

Les médecins jouissent d’une très forte popularité : 9 Français sur 10 (88%) en ont une bonne opinion. Leur première qualité aux yeux de nos concitoyens ? La plus importante de toutes : la compétence ! 88% la citent devant le fait que les médecins soient jugés sympathiques (82%), courageux (80%), à l’écoute de leurs patients (78%) et passionnés (71%).

Les résultats sont un peu moins flatteurs s’agissant de l’attention qu’ils portent à leurs patients même si une majorité ne leur en fait pas le reproche : 57% des Français les jugent disponibles et 56% estiment qu’ils consacrent suffisamment de temps à chaque patient.

Alors qu’il leur est parfois reproché par les autorités de santé de prescrire à leurs patients trop d’antibiotiques, et inversement, alors que certains patients se plaignent que leurs médecins hésiteraient trop à leur proposer immédiatement des remèdes forts et efficaces, les Français, eux, ne leur font pas ce reproche. Les deux-tiers d’entre eux (64%) estiment au contraire que les médecins prescriraient « juste ce qu’il faut » d’antibiotiques.

Plus globalement les Français perçoivent leurs médecins comme de très bons professionnels capables de les orienter vers les bons spécialistes (73%) et de leurs proposer les médicaments les mieux adaptés, y compris des génériques plutôt que des médicaments de marque (71%).

Bons praticiens, ils sont aussi considérés comme défendant mieux que les pouvoirs publics les intérêts des usagers du système de santé (64% contre 34%).

Un réel attrait pour ce métier existe bel et bien dans l’opinion. Les Français seraient une très large majorité de 70% à conseiller à un de leurs enfants de suivre des études de médecine.

Cette très belle image explique sans doute le soutien que les Français apportent à la manifestation des médecins de ce dimanche (55% selon notre sondage Odoxa-MNH-France Inter-Le figaro), alors même que les Français sont majoritairement favorables à la généralisation du tiers-payant (sondage opcit).

Cependant, notre passage au crible ne comporte pas que du positif sur les médecins et l’avenir de la médecine.

Tout d’abord parce qu’en dépit de leur excellente image, les Français estiment tout de même que le prestige des médecins s’est dégradé. En effet, les trois quarts d’entre eux (74%, + 17 points en 7 ans) jugent que leur image s’est plutôt détériorée ces 10 dernières années.

Ensuite, et surtout, parce que les Français pointent deux défauts importants qu’auraient selon eux ces médecins qu’ils estiment tant par ailleurs : ils seraient corporatistes et conservateurs, refusant toute réforme par principe, alors même que les Français sont demandeurs de profondes réformes du système de santé.

2 – Mais les médecins sont jugés corporatistes et conservateurs … alors que les Français appellent de leurs vœux de profondes réformes Si notre « crible » sur l’image détaillée des médecins ne comporte presque que des éloges, quelques défauts sont tout de même pointés par une large majorité de Français sur leurs médecins.

Ceux-ci les perçoivent, certes pas comme des « égoïstes » (74% réfutent ce qualificatif) mais comme des « privilégiés » (63%) –près d’un Français sur deux (45%) les jugent même « avant tout motivés par l’argent » – qui se montreraient surtout « conservateurs » et « corporatistes » (66% chacun).

Dès lors les deux-tiers des Français (67%) estiment que les médecins auraient tendance à s’opposer systématiquement à tout changement s’agissant des réformes concernant la médecine.

Or, les Français, à la fois très attachés à leur système de santé et fort inquiets de son évolution, sont justement demandeurs de réformes permettant de le préserver et d’assurer le plus de justice sociale. C’est ainsi que dans notre sondage précité sur le tiers-payant, 65% des Français considéraient que « la généralisation du tiers-payant était une mesure socialement juste ».

C’est aussi ce que confirme notre présent sondage s’agissant des mesures qui permettraient de lutter contre les déserts médicaux. 5 des 6 mesures assez « révolutionnaires » proposées sont approuvées par une large majorité de Français (de 56% à 84% d’adhésion).

Comme les médecins eux-mêmes, interrogés à ce sujet en 2008, les Français soutiendraient ainsi très largement les 3 mesures « incitatives » que nous avons testées :

– Ils approuvent la « mise en place de maisons de professionnels de santé dans les zones démédicalisées » (84%), l’octroi d’une « prime à l’installation » (78%) et le « développement de la collaboration libérale en réseau » (71%).

Mais, contrairement aux médecins (ils les rejetaient massivement en 2008), les Français soutiendraient aussi 2 des 3 mesures « punitives » que nous avons testées :

– Ils sont ainsi favorables à ce que « l’on ne prenne plus en charge une partie des cotisations sociales des médecins s’installant en zone surmédicalisées » (59%) et à ce que l’on « déconventionne les médecins qui s’y installeraient » (56%).

– Près d’un Français sur deux (43%) approuverait même la 3 ème mesure « punitive » testée, la plus radicale et la plus rejetée par les médecins (90% s’y opposaient en 2008), que l’on « impose une affectation autoritaire pendant les 10 premières années d’exercice ».

C’est toute l’ambiguïté du rapport qu’entretiennent les Français à leurs médecins : ils les aiment, les respectent et leurs font confiance, mais ils semblent leur reprochent de ne pas être suffisamment prêts à faire les efforts indispensables à la sauvegarde du système.

Les Français et les médecins
Publié le dimanche 15 mars 2015
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français  interrogés par Internet les 12 et 13 mars 2015
Echantillon de 1 008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.