Baromètre des salaires des métiers de la santé 2017 ; Interview de Brigitte Ludwig, Présidente de l’UNAIBODE

publié le 3 mai 2017 - 1790 vues

    • Partagez sur Facebook
    • Partagez sur Twitter
    • Partagez sur LinkedIn
    • Partagez sur Viadeo
envoyer par email

Baromètre des salaires des métiers de la santé 2017 ; Interview de Brigitte Ludwig, Présidente de  l’UNAIBODE

Quel état des lieux faites-vous du métier et de ses pratiques ?

Le décret de 2015 relatif aux actes relevant de la compétence exclusive des Ibode s’est traduit cette année par une nette augmentation des inscriptions aux concours. Certaines écoles ont même doublé le nombre d’inscrits. On ne peut que s’en réjouir pour la qualité des soins, car cette évolution va augmenter progressivement la qualification du personnel exerçant en bloc opératoire. Reste tout de même la question du financement de la formation, qui pose problème à beaucoup d’IDE souhaitant devenir Ibode. L’autre possibilité pour les infirmiers ayant des années d’expérience en bloc est d’entamer un parcours de VAE. Mais tant que le référentiel de formation Ibode n’est pas revu pour être traduit sous la forme de compétences, ce parcours est bloqué pour un certain nombre de personnes. Nous avons toutefois bon espoir que les travaux de réingénierie de la formation soient entamés cette année.

X, Y, Z, millenium… Comment la profession s’organise-t-elle face aux nouvelles générations de professionnels de santé ?

Ces dernières années, les blocs ont su ouvrir leurs portes pour des stages, ce qui a pu faire naître des vocations. Le bloc opératoire peut se prévaloir d’une attractivité en hausse vis-à-vis des jeunes générations, intéressées par la dimension technique de l’exercice sur des plateaux de plus en plus pluridisciplinaires. Les jeunes sont à la fois prêts à s’investir mais plus exigeants que leurs aînés sur le respect des horaires. Cela peut parfois créer des tensions. En tout cas, cela suppose de travailler davantage sur une organisation rigoureuse des plannings.

Parlons salaire…

Sur ce thème, malheureusement, force est de constater que rien n’a évolué. En fin de carrière, un Ibode ne gagne toujours qu’une centaine d’euros mensuels de plus qu’un IDE.

Quel souhait pour la profession partageriez-vous avec le/la nouveau/nouvelle ministre de la Santé ?

Après plusieurs années de négociation, il faut maintenant que le diplôme d’Ibode soit élevé au niveau Master. Les IADE l’ont obtenu, il serait incompréhensible qu’il en aille autrement pour les Ibode, dont l’exercice exclusif est reconnu. Cette reconnaissance devra aussi se traduire sur le plan salarial. Ce seront là nos deux demandes fortes pour la prochaine mandature.

 

Pour recevoir la 6ème édition du baromètre des métiers de la santé 2017, merci de faire votre demande par mail à direction@appel-medical.com en précisant vos coordonnées postales